Qui sommes nous

Qui sommes nous ?

L'équipe

L’équipe du Château du Perron s’entoure d’hommes et de femmes passionnés, de collaborations pointues, de professionnels de l’évènementiel hors pairs, de créatifs aux idées lumineuses, d’artisans au savoir faire unique, et … de beaucoup d’écoute et de passion vous satisfaire vos desiderata !

Véritable agence évènementielle, l’équipe œuvre, pense, conçoit et vous accompagne dans la réalisation d’expériences sur mesure et toujours uniques.

Le Château du Perron vous assure le bon déroulé de votre séjour sur l’organisation, l’accueil, le planning, la restauration, les animations, la musique, les ateliers … et la précieuse alchimie de l’art de recevoir.

Un peu d’histoire

Le Cardinal Jacques Davy du Perron 1556 – 1618

La devise du Cardinal Davy du Perron « Il se réjouit de l’harmonie de la Terre », s’accorde avec la vocation du domaine et fait écho aux trois harpes présentent sur le blason.
La harpe, symbole de joies et de fêtes, représente l’instrument qui permet d’accéder cette l’harmonie.

Il s’agit de la vibration cristalline, subtile et apaisante de l’eau qui inspire la gamme des sentiments, les rend nobles, spirituels, exaltants, joyeux et sensuels !

L’incarnation de cet instrument évoque un être qui vise un haut niveau d’excellence.
Il œuvre pour accorder la réalité des circonstances avec un objectif pur et lui est dévoué dans sa quête.
Une énergie toute disposée à transcender la réalité de tous les jours vers l’osmose d’une expérience et des moments parfaits…

Le Cardinal Jacques Davy du Perron né à Saint-Lô, donne le nom au domaine, au Château et au village auquel il est rattaché et dont sa famille est originaire.

Prélat, diplomate et poète, c’est un personnage haut en couleurs, et précoce. Hypermnésique, il apprend seul dès 10 ans les mathématiques, l’hébreu, le grec, se passionne pour Virgile, la philosophie et aime plus que tout la physique.
A tout juste 20 ans, il charme Henry III et la cour par son érudition, qu’il rencontre par l’intermédiaire de Jacques de Matignon, comte de Torigny.
Très rapidement lecteur du roi et ami de Ronsard, « le prince des poètes », Il est ovationné lors de l’oraison funèbre qu’il prononce pour lui fin 1585. La même année il rentre dans les ordres.

En 1585, il est choisi pour prononcer l’éloge funèbre de Marie Stuart reine de France de 1560 à 1561.

Grâce à l’entremise de Gabielle d’Estrée, il est présenté à Henri IV et gagne l’archevêché d’Evreux.
Il est vite admis au chevet du roi dont il partage des parties d’échec et l’entretient avec une grande familiarité.

Il instruit avec énergie la conversion du Béarnais de Navarre au catholicisme et réussi le tour de force de d’obtenir l’absolution du roi. Il se représente aux pieds du pape, et prend la punition à sa place !

Ambassadeur à Rome des affaires de France, son influence est telle et son esprit si vif et à propos, qu’il réussi à faire nommer consécutivement 2 papes français. Il reçu en récompense l’archevêché de Sens.

Pour avoir à nouveau combattu avec les mots un réformiste, le pape Clément VIII le nomme cardinal le 17 juin 1604.

Au soir de sa vie, il se retire à Bagnolet. Il est entouré des belles lettres de ses auteurs favoris Montaigne ou Rabelais. Il édite lui même ses ouvrages sur une imprimerie spéciale qu’il a fait installé.

Continuer la visite...